WELCOME TO HOLLAND !

A text by Emily Perl Kingsley. All rights reserved
(Traduction française en bas de page)

I am often asked to describe the experience of raising a child with a disability – to try to help people who have not shared that unique experience to understand it, to imagine how it would feel. It’s like this……

When you’re going to have a baby, it’s like planning a fabulous vacation trip – to Italy. You buy a bunch of guide books and make your wonderful plans. The Coliseum. The Michelangelo David. The gondolas in Venice. You may learn some handy phrases in Italian. It’s all very exciting.

After months of eager anticipation, the day finally arrives. You pack your bags and off you go. Several hours later, the plane lands. The stewardess comes in and says,”Welcome to Holland.”

“Holland?!?”you say. “What do you mean Holland?? I signed up for Italy! I’m supposed to be in Italy. All my life I’ve dreamed of going to Italy.”

But there’s been a change in the flight plan. They’ve landed in Holland and there you must stay.

The important thing is that they haven’t taken you to a horrible, disgusting, filthy place, full of pestilence, famine and disease. It’s just a different place.

So you must go out and buy new guide books. And you must learn a whole new language. And you will meet a whole new group of people you would never have met.

It’s just a different place. It’s slower-paced than Italy, less flashy than Italy. But after you’ve been there for a while and you catch your breath, you look around…. and you begin to notice that Holland has windmills….and Holland has tulips. Holland even has Rembrandts.

But everyone you know is busy coming and going from Italy… and they’re all bragging about what a wonderful time they had there. And for the rest of your life, you will say “Yes, that’s where I was supposed to go. That’s what I had planned.”

And the pain of that will never, ever, ever, ever go away… because the loss of that dream is a very very significant loss.

But… if you spend your life mourning the fact that you didn’t get to Italy, you may never be free to enjoy the very special, the very lovely things … about Holland.

Traduction française

BIENVENUE EN HOLLANDE !

On me demande souvent de décrire l’expérience d’élever un enfant handicapé – d’essayer d’aider les personnes qui n’ont pas partagé cette expérience unique à la comprendre, à imaginer ce que cela ferait. C’est comme ça…

Quand vous allez avoir un bébé, c’est comme planifier un fabuleux voyage de vacances – en Italie. Vous achetez un tas de guides et faites de merveilleux projets. Le Colisée. Le Michel-Ange David. Les gondoles à Venise. Vous apprendrez peut-être quelques phrases pratiques en italien. C’est très excitant.

Après des mois d’attente, le jour arrive enfin. Vous faites vos valises et vous partez. Quelques heures plus tard, l’avion atterrit. L’hôtesse entre et dit : “Bienvenue en Hollande”. “Hollande?!?” vous dites.

« Qu’est-ce que tu veux dire par Hollande ? » Je me suis inscrit pour l’Italie ! Je suis censé être en Italie. Toute ma vie, j’ai rêvé d’aller en Italie.

Mais il y a eu un changement dans le plan de vol. Ils ont débarqué en Hollande et vous devez y rester. L’important est qu’ils ne vous aient pas emmené dans un endroit horrible, dégoûtant, sale, plein de peste, de famine et de maladies. C’est juste un endroit différent.

Vous devez donc sortir et acheter de nouveaux guides. Et vous devez apprendre une toute nouvelle langue. Et vous rencontrerez un tout nouveau groupe de personnes que vous n’auriez jamais rencontrées. C’est juste un endroit différent. C’est plus lent que l’Italie, moins flashy que l’Italie. Mais après avoir été là pendant un certain temps et avoir repris votre souffle, vous regardez autour de vous… et vous commencez à remarquer que la Hollande a des moulins à vent… et que la Hollande a des tulipes. La Hollande a même des Rembrandt.

Mais toutes les personnes que vous connaissez vont et viennent en Italie… et ils se vantent tous des moments merveilleux qu’ils ont passés là-bas. Et pour le reste de votre vie, vous direz : « Oui, c’est là que je devais aller. C’est ce que j’avais prévu. »

Et la douleur de cela ne partira jamais, jamais, jamais… parce que la perte de ce rêve est une perte très, très importante.

Mais… si vous passez votre vie à pleurer le fait que vous n’ayez pas pu aller en Italie, vous ne serez peut-être jamais libre de profiter des choses très spéciales, très belles… de la Hollande.

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives